Au dernier Mondial de l’Automobile, une nouvelle marque dénommée 4H faisait son apparition. Cette société basée à Sélestat en Alsace et financée par un prince des Emirats Arabes Unis annonçait avoir racheté les projets de Lumeneo en vue de les produire sous sa propre marque. Aujourd’hui, 4H fait marche arrière.

Sur son stand du Mondial de l’Automobile, 4H présentait plusieurs véhicules. Parmi eux, on reconnaissait les Smera et Neoma, auparavant proposés par Lumeneo. Le constructeur alsacien promettait à l’automne dernier une production de ces deux modèles sous sa propre marque et dans l’usine de Sélestat, après avoir modifié leur conception, en vue de les rendre plus simples et moins coûteux. En ce qui concerne la citadine quatre places Smera, elle devait être commercialisée en version électrique, mais aussi thermique (essence et Diesel) ou encore hybride, en vue de concurrencer la Smart. Visiblement, les plans ont aujourd’hui changé et ce modèle s’annonce trop coûteux à produire. Il convient également de noter que la version commercialisée par Lumeneo comportait de nombreuses lacunes de conception : tenue de route hasardeuse, finition bâclée, ergonomie perfectible… Un modèle bien peu en ligne avec ses aspirations haut-de-gamme.

Même punition pour la Smera. Ce petit véhicule étroit, assez semblable à un Renault Twizy, était le premier modèle présenté par Lumeneo. Celui-ci n’a jamais été commercialisé, faute de mise au point satisfaisante de son système pendulaire actif, qui lui permettait de se pencher à l’intérieur de virages, comme une moto. 4H avait pour projet de supprimer le système d’inclinaison et d’élargir les voies de l’engin pour assurer la stabilité, et d’entraîner cet engin à l’aide de moteurs électriques situés dans les roues avant. Tout ça pour concurrencer le Twizy, à un tarif d’environ 10.000 €. Mauvaise surprise : le coût de revient en production s’élève à 18.000 € et 4H a commis l’erreur de compter sur un hypothétique élargissement du bonus écologique à la catégorie des quadricycles. Résultat : le projet n’est pas viable en tant que tel et le petit constructeur alsacien a renoncé à sa fabrication, du moins en France et dans l’immédiat. Celle-ci pourrait trouver refuge au Maroc ou aux Emirats Arabes Unis, où la main d’oeuvre est plus abordable. En attendant, 4H travaille dans l’immédiat à trois projets, dont la commercialisation semble imminente.

4H Explora

L’Explora, présentée au Mondial de l’Automobile, est un petit engin monoplace à quatre roue sans carrosserie. Classé dans la catégorie des quadricycles légers (voitures sans permis), il est disponible en version civile ou militaire. Cette dernière peut être téléguidée. Avant tout destiné aux grandes propriétés dans le cadre de la clientèle des particuliers, il se targue de capacitée en tout-terrain intéressantes.

4H Hopla

Le Hopla est un tricycle électrique au guidon décalé, avant tout destiné aux professionnels, pour les déplacement dans les sites industriels. Celui-ci n’est pas homologué pour la route et son usage est donc cantonné aux sites fermés. Il est entraîné par un moteur électrique situé dans la roue avant et peut faire demi-tour sur place.

4H Forza (1)

Le Forza est un utilitaire électrique tout-chemin, homologué en catégorie quadricycle lourd. Il entre en concurrence avec les Comarth Cross Rider et Little e-Box. Il dispose également de moteurs électriques situés sur les moyeux de roues, en version deux ou quatre roues motrices.

Source : 4H

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici