Les constructeurs automobile nous promettent des voitures 100% autonomes d'ici quelques années, pourraient-elles remplacer les voitures sans permis ?

Les technologies pour rentre les voitures autonomes sont en plein développement et inonderont le marché d’ici quelques années. Mais vont-elles vraiment permettre aux utilisateurs de voyager sans avoir besoin de conduire, et à long terme remplacer les voitures sans permis ou modifier leur législation ?

Si vous écoutez Elon Musk, la marque Tesla aura 1000 robots-taxis sur la route d’ici un an. Les réfractaires contestent la date et annoncent une attente beaucoup plus longue. Mais que se passera-t-il si les deux côtés ont tort, si l’avenir des voitures autonomes n’a plus de futur et que la meilleure utilisation de la technologie de conduite autonome est de simplement rendre les hommes meilleurs conducteurs ?

L’amélioration de la sécurité routière est un facteur de motivation essentiel pour de nombreux promoteurs autonomes, et certains pensent que les hommes risqueraient de diminuer la sécurité des voitures autonomes s’ils interféraient dans la conduite. Mais, étant donné que Tesla doit encore résoudre ses propres problèmes de sécurité ( entre autre des allégations de sécurité non vérifiées et explosions avérées), la plupart des analystes recherchent également d’autres perspectives.

Lorsque les constructeurs automobiles mettent ces avancées technologiques dans les voitures à propulsion humaine, ils préjugent l’un des prétendus avantages de la voiture entièrement autonome: la sécurité. Ces nouveaux systèmes associent les meilleures capacités des machines – détection à 360 degrés et réflexes à la milliseconde – au meilleur du cerveau humain, telles que notre capacité à proposer de nouvelles solutions à des problèmes uniques.

L’intelligence artificielle (IA) a déjà surpassé l’esprit humain à de nombreuses reprises, en battant des champions à leur propre jeu, en sauvant des vies… Mais au-delà du conflit entre ces deux entités, une combinaison humain-machine se révèlerait plus puissante que le battage médiatique et la promesse d’une machine totalement autonome. Le professeur d’ingénierie à Carnegie Mellon Raj Rajkumar explique à ce sujet : « Nous sommes des êtres vivants, et nous avons la capacité de raisonner à partir des principes de base, à partir de rien si vous voulez, alors que l’IA n’est pas consciente et ne comprend même pas ce que signifie l’existence d’un monde physique ».

Créer un véhicule entièrement autonome s’avère donc très complexe. Les experts en IA s’inquiètent de plus en plus du fait qu’il faudra peut-être des années, voire des décennies, aux systèmes d’auto-conduite pour éviter de manière fiable les accidents. Alors que les systèmes auto-formés sont aux prises avec le chaos du monde réel, des experts tels que Gary Marcus de l’Université de New York se préparent à une ré-évaluation douloureux des attentes, une correction parfois appelée AI winter. Ce retard pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les entreprises qui pratiquent la technologie de la conduite autonome, en mettant toute autonomie hors de portée pour toute une génération d’utilisateurs.

Les pionniers de l’industrie ont été trop optimistes à propos de ces technologies critiques. Pendant longtemps, les chercheurs ont pensé qu’ils pourraient améliorer les compétences de généralisation avec les bons algorithmes, mais des recherches récentes ont montré que les systèmes classiques d’apprentissage en profondeur ont du mal à généraliser, même à travers différentes images d’une vidéo, qualifiant un ours polaire de babouin, de mangouste ou de belette en fonction de changements mineurs en arrière-plan. Avec chaque classification basée sur des centaines de facteurs globaux, même de petits changements dans les images peuvent complètement changer le jugement du système, ce que d’autres chercheurs ont exploité dans leurs ensembles de données contradictoires.

Le problème pourrait ne pas avoir une solution abordable et politiquement acceptable. Mais cela n’est pas forcément négatif. Bien que la technologie de conduite autonome ne puisse peut-être pas sauver la fortune de certains des plus grands visionnaires du secteur des transports, elle a le potentiel – ici et maintenant, mise en œuvre dans des voitures à propulsion humaine – de réduire, voire de presque supprimer, les accidents de la route.

Pour conclure, avoir un pilote automatique ne signifie pas que l’on puisse s’endormir au volant. Les voitures autonomes ne sont donc pas prêtes de remplacer nos voitures sans permis, mais leur technologie pourrait grandement améliorer la qualité de notre conduite et notre sécurité derrière le volant.