AccueilA la Une de GSansPermisL'assurance des voitures sans permis

L’assurance des voitures sans permis

-

Assurer sa voiture sans permis ne doit pas se faire à la légère.

D’une part parce que c’est une obligation légale, mais aussi parce que les garanties réclament d’être choisies avec soin. Il s’agit souvent d’une affaire de spécialistes.

La faible puissance et le tarif plutôt contenu des voitures sans permis (comparé aux voitures standard) pourrait laisser imaginer des primes d’assurances faibles. Mais cela n’a rien d’automatique ! S’en remettre à des assureurs traditionnels en est la preuve. Souvent, les voiturettes sortent de leurs radars et il est difficile d’obtenir un devis… Même dans le cas d’un conducteur disposant d’un permis de conduire, disposant d’un bonus maximal !

La situation est encore plus complexe dans le cas d’un conducteur qui a perdu son permis, ou ne l’a jamais eu. Pourtant, « les sinistres qui impliquent des voitures sans permis génèrent rarement des conséquences corporelles », rappelle Matthieu Lefèbvre, responsable de marché chez Vilavi, courtier qui possède la marque Euro-Assurance. Comme pour une voiture de collection, s’en remettre à un courtier spécialisé semble la voie la plus naturelle pour assurer sa voiture sans permis. Ceux-ci peuvent être indépendants, ou être associés à un constructeur, qui propose une offre toute faite lors de la vente d’une voiture ou d’un leasing.

Les différents types d’assurance

N’oublions pas que l’assurance d’un véhicule à moteur est une obligation légale, ce qui signifie qu’un contrat au tiers (dommages causés à autrui et responsabilité civile) est un minimum. Généralement, les assureurs proposent, comme c’est le cas pour les voitures, une offre « Tiers + » qui ajoute une couverture en cas de bris de glace, de vol ou d’incendie. Alors que l’assurance Tous risque couvre tous les cas de figure, même en cas d’accident responsable. « Seuls 18 % de nos clients choisissent la formule Tous Risques. Cette proportion est différente par rapport au marché de l’automobile classique où cette proportion est plus élevée. », explique Matthieu Lefèbvre.

Le profil de l’assuré

La difficulté concerne le profil des personnes assurées, au potentiel à risque. « Historiquement, les voitures sans permis étaient utilisées par les risques aggravés et les séniors. », reprend Matthieu Lefèbvre. « Ces dernières années, nous observons une demande croissante sur de nouveaux profils tels que les professionnels, les urbains ou les jeunes ».

coffre voiture sans permis
Les jeunes représentent une voiture sur deux de la clientèle Ligier.

Le changement de réglementation en 2014, qui permet aux jeunes de conduire dès 14 ans, a véritablement fait exploser cette clientèle. Elle représente une voiture sur deux chez Ligier, et 42 % chez Citroën. Mais certains assureurs refusent d’assurer des jeunes en tant que conducteur principal, à commencer par Stellantis Insurance pour la Citroën Ami. Ou alors à un tarif exorbitant. Parfois, la seule solution est de désigner le parent comme conducteur principal et le jeune comme conducteur secondaire.

La fluctuation des tarifs d’assurance de voitures sans permis

Les variations de tarif concernent principalement le profil du conducteur, même si cela pourrait évoluer à l’avenir. « Chez Euro-Assurance, nous avons fait le choix d’appliquer une tarification unique peu importe la marque ou le modèle. Cependant, nous menons un test afin de proposer un tarif plus avantageux pour la Citroën Ami. En effet, compte tenu de son prix de vente et de sa conception nous pouvons revoir notre approche tarifaire », révèle Matthieu Lefèbvre. « Des études sont en cours pour segmenter le tarif, notamment pour répondre à l’arrivée de modèles premium plus onéreux, dont le tarif dépasse 18.000 €. »

couverture Génération Sans Permis #47
Retrouvez le dossier assurance complet dans les pages de Génération Sans Permis #47

Must Read